Comment gérer le temps d’écran des enfants ?

Comment gérer le temps d’écran des enfants?

Le débat sur la gestion du temps d’écran des enfants fait toujours couler beaucoup d’encre. En cette période de confinement, il ne se passe pas une semaine sans qu’un article sur le sujet tire la sonnette d’alarme. Ainsi, le 23 mars, c’était au tour d’Europe 1 de consacrer une émission de sa rubrique santé aux dangers des écrans pour les moins de 5 ans.

Les inquiétudes ne sont pas infondées : bien avant la pandémie, une étude sur la digitalisation de la vie familiale menée par la faireparterie révélait que 28 % des enfants préféraient les jeux sur smartphone aux jouets classiques. Le numérique fait aujourd’hui partie intégrante du quotidien familial, d’où l’importance d’en comprendre les enjeux ainsi que la meilleure manière de gérer le temps d’écran des tout-petits.

Le rapport des enfants au digital dans notre société actuelle

Le digital s’est durablement imposé dans le quotidien familial. Avant même la naissance, 30 % des bébés ont une empreinte numérique sur les réseaux sociaux, leurs échographies étant partagées sur Instagram et Facebook. Internet joue aussi un rôle de plus en plus prépondérant dans l’éducation des tout-petits : en effet, 35 % des répondants affirment utiliser des blogs et sites liés à la parentalité.

À partir de 3 ans, la majeure partie des enfants utilisent un écran interactif, le plus souvent une tablette classique. 89 % des moins de 8 ans emploient un écran tactile. Les jeux sur application rencontrent un très grand succès, notamment Candy Crush Saga. Cela n’est guère surprenant : ces jeux fonctionnent selon un système de récompenses immédiat qui libère de la dopamine. Même les adultes peuvent devenir dépendants.

L’usage des écrans peut devenir nocif pour les tout-petits car leur cerveau est encore en état de développement, le rendant plus sensible aux méfaits du numérique (difficultés à se concentrer, à garder la notion du temps, etc.) que celui des adultes. Plus grave encore, les jeux sur application détournent les enfants des activités nécessaires à leur bon développement, et qui impliquent de découvrir le monde activement, avec leurs 5 sens.

Comme l’explique le psychiatre Serge Tisseron : « Plus ils passent de temps devant la télévision ou seuls devant des tablettes, et moins ils en ont pour des jeux créatifs, des activités interactives… Tous les domaines sont touchés : l’acquisition du langage, les capacités d’attention et de concentration (…) la perception de soi comme acteur du monde et pas seulement comme quelqu’un à qui il arrive des choses. »

Kids on screen

Enfants et écrans : les conseils des experts

Les spécialistes de la petite enfance ne sont pas contre l’usage des écrans en soi : l’important est leur régulation. Serge Tisseron conseille de mettre en place une durée d’utilisation précise : par exemple, pas plus de 30 minutes par jour entre 3 et 6 ans, jusqu’à arriver à 2 heures maximum vers l’âge de 13 ans. L’accompagnement parental est crucial pendant les premières années.

Les parents se doivent également de montrer l’exemple. 52 % d’entre eux se disent accros à leur smartphone. Or les enfants auront tendance à imiter le comportement de leurs parents avec le numérique. Il est important de laisser le portable de côté pendant les interactions familiales et privilégier autant que possible les conversations, les jeux et autres activités pendant ces moments.

Les recommandations du CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel) vont dans le même sens. L’accent est mis sur l’importance de dialoguer avec l’enfant et l’accompagner dans sa découverte des écrans, mais également sur les activités ludiques et créatives qui lui permettent autant que possible d’agir sur le monde. Les sessions d’écran doivent rester aussi courtes que possible et se cantonner aux programmes jeunesse et enfants.

Les écrans peuvent cependant jouer un rôle éducatif quand les sites et applications sont bien choisis. Il existe aujourd’hui de nombreux programmes pour enseigner aux tout-petits des disciplines créatives, comme le cinéma, ou plus scientifiques telle la programmation. Comme le rappelle Serge Tisseron, les écrans restent « une formidable source d’information sur tous les sujets. »

Martin

Vous pouvez télécharger l’étude complète de 32 pages ici: La digitalisation de la vie familiale

Retour haut de page